Thrombo-inflammation et activation du complément dans le Covid long actif

Une équipe dirigée par Onur Boyman et Carlo Cervia-Hasler de l’Hôpital universitaire de Zurich et de l’Université de Zurich décrit un nouveau mécanisme du Covid long dans un article paru dans la revue Science.

Une infection par le virus SARS-CoV-2 peut entraîner différentes évolutions cliniques. Une part importante des personnes infectées ne se remettent pas d’une forme aiguë du Covid-19 et développent des symptômes à long terme, appelés Covid long. Les manifestations du Covid long peuvent être très variables ; les symptômes les plus fréquemment rapportés étant la fatigue, l’intolérance à l’effort physique, l’essoufflement et les troubles cognitifs. Les raisons et les mécanismes pathologiques de ces symptômes persistants restent inconnus. Il n’existe pas non plus de tests diagnostiques ou de traitements ciblés.

Les chercheuses et chercheurs ont suivi en parallèle 113 personnes atteintes de Covid-19 jusqu’à un an après leur infection aiguë par le virus SARS-CoV-2, et 39 témoins sains. Au bout de six mois, 40 des personnes atteintes de Covid-19 présentaient des symptômes de Covid long actif. L’équipe de recherche a analysé plus de 6500 protéines présentes dans le sang des participant·es à l’étude, et les a mesurées pendant la phase aiguë du Covid-19 et six mois plus tard.

L’étude des protéines modifiées a confirmé l’activation d’une partie des défenses immunitaires, appelée système du complément, en cas de Covid long. Chez les personnes en bonne santé, le système du complément aide à lutter contre les infections et à éliminer les cellules endommagées et infectées. Si, par la suite, le système du complément ne revient pas à l’état de repos, mais reste activé, il est également susceptible d’endommager des cellules saines. C’est précisément ce que les chercheuses et chercheurs ont observé chez des personnes atteintes de Covid long actif. Ces dernières présentaient également des taux sanguins élevés de lésions de diverses cellules, ainsi que de globules rouges, de plaquettes et de vaisseaux sanguins. Ces modifications indiquaient une interaction de protéines du système du complément, impliquées dans la coagulation du sang, la réparation des lésions tissulaires et l’inflammation. Les personnes atteintes de Covid long rétablies sous six mois ont retrouvé des taux sanguins normaux. Grâce à l’intelligence artificielle, l’équipe de recherche a pu sélectionner une série de marqueurs sanguins afin de diagnostiquer un Covid long actif.

Cette étude montre que le système du complément joue un rôle important dans le Covid long. Le Covid long actif s’accompagne d’une signature des protéines sanguines caractérisée par une activation accrue du complément et une thrombo-inflammation. Des lésions tissulaires peuvent également être médiées par le complément et activer le système du complément. En outre, l’activation du complément peut être déclenchée par des complexes antigènes-anticorps, impliquant des autoanticorps et des anticorps contre les herpèsvirus, ainsi que par une interaction avec un système de coagulation déréglé. Les connaissances acquises peuvent servir à améliorer le diagnostic et à mettre au point, le cas échéant, des thérapies plus ciblées pour les personnes atteintes de Covid long.